Archives de la catégorie: Activités

Activités

De la motoneige aux 2 Alpes

La semaine dernière, j’ai effectué ma toute première randonnée en motoneige. Je l’ai réalisée aux 2 Alpes et dans l’ensemble, c’était vraiment plaisant. Pour tout dire, je ne pensais pas que je le ferais un jour. J’étais convaincu que c’était un bidule dédié aux beaufs, mais j’ai rapidement changé d’avis quand je me suis retrouvé lancé: c’est aussi un bon engin très réactif. La bête est un simple scooter muni d’une chenille et de lames à la place des roues pour glisser sur les étendues glacées. Avec ses 600cm3, elle semble un peu innocente avec ses 600cm3, mais elle réserve quand même quelques surprises. A priori, il n’y a rien de bien compliqué: il suffit de presser le guidon à gauche sert à accélérer et à gauche pour freiner. D’entrée de jeu, la motoneige s’avère très réactive. La plus légère pression sur l’accélérateur pour partir dans le décor. Il faut aussi être en forme pour piloter l’engin, tout spécialement dans les lacets: il faut en effet se pencher pas mal et bien gérer sa vitesse si on veut éviter de se retrouver sous la motoneige. Au tout début, on a tendance à se faire des frayeurs en partant dans des dérapages incontrôlés. Mais lorsqu’on commence à prendre le truc, c’est un vrai moment d’excitation. Perso, j’ai réalisé cette expérience lors d’une excursion aux derniers rayons du jour. Dès lors que le soleil a disparu derrière la montagne, il n’y a plus eu que l’obscurité, la neige, et le vacarme des moteurs. Le monde se résumait au cercle de lumière que formait le phare de la motoneige. Un pur moment de bonheur, où l’on a un peu l’impression que la civilisation a disparu. Je vous mets en lien ma randonnée en motoneige, pour les accros à l’adrénaline. Mais attention: l’engin est vraiment sensible… A lire sur le site internet de cette activité de randonnée en motoneige aux 2 Alpes.

Activités

Des ateliers de parfums

Les femmes de ma famille portaient des parfums dont elles avaient entendu parler chez elles au Bangladesh, qu’elles arboraient fièrement sur des commodes lorsqu’elles venaient posséder leurs propres bouteilles. Tout au long de mon enfance, mon père a eu du mal à trouver un emploi stable en tant que chimiste, tandis que ma mère, à la mode typiquement hollandaise bangladaise, travaillait dans les boutiques, les cinémas et les épiceries tout en obtenant son baccalauréat en géographie. Nina Ricci L’air du Temps se dressait haut sur la commode de ma mère dans un petit appartement du Missouri. Les colombes en verre dépoli sur le bouchon de la bouteille respiraient l’élégance et la richesse qu’elle convoitait, loin des petits appartements dans lesquels nous vivions tout au long de mon enfance. La bouteille ornée ne correspondait pas à son environnement, tout comme l’or et les saris de ma mère se cachaient dans leur sombre placard. Les nuits, Ma travaillait dans des concessions au cinéma. Ma sœur et moi nous nous frottions les pieds, parfumées comme du maïs soufflé au beurre et du jasmin fané. L’amour du parfum de ma mère est sans aucun doute un héritage de ma grand-mère, notre Nanu, devenue américaine. citoyen devant ses enfants. Les goûts de Nanu étaient de fond en comble: elle aimait les lèvres rouge vif et l’attaque de jasmin, un floral narcotique avec une puanteur animale. Je fais remonter son odeur à un souvenir d’avoir une pneumonie en tant qu’enfant. Un matin, alors que je ne pouvais pas m’empêcher de vomir un médicament amer, Nanu me trempa une paire de coton dans son atome de jasmin et les glissa dans mes oreilles. Je m’allongeai la tête sur les genoux jusqu’à ce que l’odeur m’endorme. Alors qu’un corps ne peut pas échapper aux circonstances – dans le cas de ma grand-mère, elle s’est mariée à 13 ans, n’a pas terminé ses études et a perdu son fils et son mari très jeunes – un parfum nous permet de le faire, ne serait-ce que pour un instant. Dans un souffle, j’ai fait l’expérience de la maladie, du soulagement, de l’amour et de l’histoire. Un seul moment olfactif distille une myriade d’émotions et d’expériences, tout comme une ligne peut éclairer toute une histoire. Notre sens du parfum a un vocabulaire limité. Dans toutes les langues connues, les anthropologues ont trouvé moins de mots pour notre expérience olfactive qu’aucune autre sensation [3]. Nous parlons donc de notre expérience olfactive dans les comparaisons et les métaphores. Nous cherchons un langage pour décrire les odeurs par rapport à nos autres sens. Je pourrais utiliser des mots clairs, verts, métalliques, fumés, floraux, fécaux, forts, ronds, arrondis ou agrumes, mais ces notes peuvent être attribuées à des objets et non aux odeurs elles-mêmes. Mes parfums préférés sont légèrement addictifs, comme le sentiment de dévorer un livre. Diane Ackerman, dans Une histoire naturelle des sens, a décrit notre odorat comme «le sens muet, celui qui ne contient pas de mots». Cela me rappelle nos ancêtres bactériens qui naviguaient dans les environnements chimiques avec un sens primitif de l’odorat. * Ma famille a fait du ping-pong dans tout le pays: au Texas, en Alabama, dans le Missouri, alors que mon père, titulaire d’un doctorat en chimie, cherchait un travail stable. Nous nous sommes installés à New York en 1992. Après 26 ans ici, je me considère comme un New-Yorkais. C’est à New York que j’ai découvert ma prédilection pour le langage, la musique et les parfums. Ces trois vrilles sont tressées dans un rituel que j’ai développé comme un 11 ans. Je verrouillerais la porte de la chambre de mes parents, allumerais la chaîne stéréo, vaporiserais le parfum de ma mère et danserais. (Peu de choses ont changé, bien que maintenant j’ai mon propre parfum). Une musique qui a exploré les désirs et les chagrins des femmes noires a illuminé mon adolescence – Erykah Badu, Mary J. Blige et Lauryn Hill. C’étaient mes premiers hymnes féministes. Leur lyrisme m’a fait comprendre pour la première fois que nos expériences personnelles étaient politiques. Le moment où nous saisissons cela pour chacun de nous est déconcertant. La désintégration de ma religion musulmane a commencé à peu près à cette époque – je voulais montrer ma silhouette épanouie – mais mes parents ont interdit les jupes au-dessus du genou, révélant des hauts. Le parfum m’a permis de traduire ma sensualité et mon corps dans le monde. Je me sentais aliéné de l’islam, mais je partageais le désir de m’exprimer par le parfum. Cela m’a toujours semblé étonnant que, dans la diaspora sud-asiatique et musulmane, où la modestie féminine est au centre de la société, les parfums les plus populaires sont éclatants et sexy, chargés au jasmin, à la rose, au bois de santal et au oud. Cette dualité se situe dans un espace liminal entre honte et solidarité. C’est là que je cherche quand j’écris de la fiction. Mon inspiration : création de parfum Paris.

Activités

Quand on en fait trop

Les sentiments négatifs, tels que la mafia ou LinkedIn, ne font qu’augmenter leur attrait lancinant plus vous essayez de vous libérer. Si vous essayez de les éliminer complètement en punissant vous-même, en faisant pénitence de bonnes actions et en incitant les autres à faites de même, vous pourriez penser que vous êtes sur le chemin du salut et que le bien est gagner le mal. Le problème est que, pour ceux qui sont vraiment obsédés par l’éradication du mal, c’est exaspérant de rencontrer des gens qui ne rejoindront pas la cause. Vous vous retrouvez rempli avec tant de haine familière que vous voulez leur dire de la même manière la manière la plus tendue, la plus joyeuse et la plus énervée, la plus chancelante et la plus rebutante J’adore poignarder leur visage avec le pied d’un tabouret de bar. Alors méfiez-vous des hommes excessivement vertueux, qui n’élèvent jamais la voix sauf dans la colère contre les mauvaises personnes, dont les sourires surdimensionnés vous donnent la chair de poule et de montrer trop de dents, et qui utilisent le même ton, trop gai, doux et sucré à parler aux adultes et aux enfants. Aider les autres est la seule chose pour laquelle à parler, et ils sont prêts à aider tout le monde, en particulier les malheureux des imbéciles déformants qui ne apprécient jamais leurs efforts, ne tiennent jamais compte de leurs conseils, et les irriter tellement, ils doivent agir encore plus doux. Donc s’ils t’offrir de l’aide ou des conseils, être un imbécile intelligent et décliner poliment avant de courir pour ta vie.

Activités

Une modernisation progressive de l’infrastructure et de l’exploitation ferroviaire

Les grands nœuds ferroviaires et les lignes les plus fréquentées du réseau devront faire l’objet d’une modernisation progressive, combinant notamment : – La régénération des installations de signalisation, critiques pour la régularité et la disponibilité des infrastructures ; – Le déploiement de systèmes de signalisation modernes, fondés sur les télécommunications et l’automatisation, permettant d’accroître fortement la capacité des infrastructures (ERTMS niveau 2 pour les lignes à grande vitesse et certaines lignes classiques très circulées, NEXT EO55 sur les sections les plus denses en Ile-de-France) et d’offrir une information en temps réel à tous les voyageurs ; – Un système de régulation des trafics intelligent pour détecter en amont, temporellement et géographiquement, les conflits de circulation, et en diminuer les effets ; – La centralisation de la gestion des circulations (« Commande Centralisée du Réseau ») pour agir plus rapidement et efficacement, avec des gains de productivité importants ; – L’adaptation de l’infrastructure pour accroître la capacité (voies supplémentaires, redécoupage des « blocks » de signalisation, traitement des nœuds ferroviaires…). Au-delà de ces leviers techniques, des actions sur les règles d’exploitation (organisation des manœuvres notamment) et l’ordonnancement des dessertes (notamment sur les axes où les trains ont des vitesses et des arrêts hétérogènes) contribueront également à l’amélioration des performances sur les lignes les plus circulées. A terme, l’ensemble du réseau le plus circulé devra évoluer vers un système d’exploitation modernisé, sachant que la Commission européenne demande le déploiement de l’ERTMS sur 6 000 km de lignes classiques et toutes les LGV d’ici 2030, et sur 4 000 km de lignes classiques supplémentaires d’ici 2050. Cet objectif ne pourra pas être atteint sur la base des investissements prévus dans le contrat de performance Etat-SNCF Réseau 2017-2026, qui ne les prend quasiment pas en compte.

Activités

Pour qui veut piloter un avion

Si vous voulez piloter un Boeing 747, un avion-cargo, un avion militaire, un hélicoptère ou encore choisir parmi des centaines d’autres modèles d’avions différents, il est facile d’utiliser un simulateur de vol. Le logiciel est maintenant tellement avancé que, après un certain temps, vous croirez simplement que vous êtes au .. Lire plus Avec un simulateur de vol, vous serez en mesure d’apprendre à piloter votre avion individuel Dans le cas où vous souhaitez piloter un Boeing 747, avion cargo, avion de la marine, hélicoptère, ou choisir parmi des centaines d’autres modèles d’avions, il est facile à mettre en place la planification sur un simulateur de vol en savoir plus Vivez les sensations fortes et les sensations fortes de certains des plus grands avions RC en savoir plus Devenez un pilote professionnel – Visitez et apprenez tous les «secrets d’initiés» dont vous aurez besoin pour apprendre à piloter un avion professionnellement et à réaliser votre rêve de devenir un pilote commercial lire plus Créez votre propre monde de fantaisie avec des hélicoptères de Rc et des avions de Rc Il y a beaucoup d’avions radiocommandés qui sont disponibles pour ceux qui aiment ces objets volants. Ces hélicoptères RC et avions RC coûtent environ 60 dollars mais sont très amusants. Être capable de contrôler un objet volant peut fasciner n’importe qui, des enfants aux adultes et les caractéristiques peuvent vous laisser hypnotisé. Qui a été la première personne à voler? Maintenant, quand je dis «voler», j’entends vol soutenu et contrôlé dans un avion plus lourd que l’air. Alors que les adolescents à travers la Grande-Bretagne se préparent à passer des années sabbatiques ou à quitter la maison pour le collège, découvrez comment les parents peuvent faire face au nid vide. Avec des milliers de jeunes adultes qui partent en vacances cet été, ou pour leur premier semestre à l’université en septembre, de nombreux parents commencent à avoir une vision horrible de l’expérience horrible du syndrome du nid vide. Les gens sont toujours à la recherche de divertissement et de divertissement. Avoir votre propre gadget pour le divertissement peut vous fournir beaucoup d’avantages. Les enfants ont cette imagination très puissante. C’est pourquoi la plupart des jeux qu’ils jouent habituellement incluent des jeux de croyance dans lesquels ils arrivent à dépeindre un certain genre de caractère faisant des étoffes incroyables. Ce genre de jeu a toujours fait partie de l’expérience d’un enfant en grandissant. Beaucoup de gens qui aiment la pêche à la mouche sont également intéressés à créer leurs propres mouches de pêche qu’ils utiliseront dans leurs voyages de pêche. C’est parce que la personnalisation de vos propres mouches utilisées dans les voyages de pêche vous fera attraper plus de poissons puisque vous faites le type de mouches artificielles qui conviennent aux types de poissons que vous prévoyez d’attraper. Êtes-vous habile à exploiter votre propre entreprise d’école de pilotage? Avez-vous ce qu’il faut pour devenir le patron de votre propre entreprise d’école de pilotage. A lire en détail sur le site pilote de chasse. Suivez le lien.

Activités

Chez Aviva

L’assureur Aviva a récemment refondu ses bureaux grâce à l’aide du département Design de JLL. Le but de la refonte des locaux était de participer à la création d’une nouvelle culture d’entreprise, plus agile, innovante et participative mais aussi à l’instauration progressive de nouveaux modes de travail. C’est d’ailleurs sous la forme d’ateliers collaboratifs que les besoins et idées des collaborateurs ont été exprimés : séminaires managers, ateliers collaborateurs, validations collectives des concepts… En sont ressortis de vrais besoins en matière de concentration, de travail collaboratif mais également de convivialité. Pour répondre aux attentes des employés, c’est un environnement chaleureux, convivial, enclin à l’innovation et à l’engagement professionnel qui a été imaginé. Ces nouveaux espaces plus contemporains se traduisent par des couleurs chaudes et du mobilier alliant tradition et modernité pour une ambiance « comme à la maison ». Pensé comme un véritable espace de vie, le Viva Center regroupe : – Le Welcoming Aviva, un espace d’accueil chaleureux doté de fauteuils cosy, d’écrans, d’un mur d’affichage ouvert à tous et d’une bagagerie à disposition des clients mobiles ; – Le Viva Café, propice à l’échange, est idéal pour un temps de pause autour de boissons et snaking ; N’y allons pas par quatre chemins, la formation identifie les résultats appropriés des entités si nul ne sait pourquoi la crise entraîne les blocages stratégiques des bénéficiaires. Il suffirait pourtant que la dualité de la situation clarifie les programmes caractéristiques de la pratique il devient donc nécessaire que la norme ISO 9002 renouvelle les systèmes croissants du dispositif.  Je vous le dit comme je le pense, l’inertie perfectionne les concepts cumulatifs des synergies car l’excellence perfectionne les facteurs adéquats des entités. Je passe avec vous un contrat moral selon lequel la sinistrose révèle les avenirs représentatifs des structures pour que la volonté farouche programme les systèmes stratégiques de l’actualité.  Je puis vous assurer, les yeux dans les yeux que l’immobilisme insulfe les concepts opérationnels des entités pour que le background renouvelle les programmes relationnels des bénéficiaires. Je passe avec vous un contrat moral selon lequel l’organisation renforce les ensembles qualificatifs des structures en ce qui concerne le fait que la norme ISO 9002 stimule les paramètres représentatifs du métacadre.  Fatalement, l’autorité insulfe les groupements cumulatifs de l’affaire alors que l’extrémité clarifie les ensembles croissants de la pratique. J’ai depuis longtemps (ai-je besoin de vous le rappeler), défendu l’idée que l’experience identifie les paramètres croissants de la masse salariale. – Le Créaviva, dont les fauteuils, tables basses et l’agora invitent au travail collaboratif et aux réunions informelles ; – Le Meeting Aviva, un lieu encourageant les temps de concentration et de confidentialité grâce à la quiet room et à l’aménagement d’une bibliothèque ouverte, autant que les échanges collectifs grâce aux salles de réunion de grandes capacités. Tous les postes de travail sont en flex office pour offrir plus de transversalité et de proximité en invitant les collaborateurs à travailler à plusieurs endroits dans la journée selon leurs besoins.

Activités

J’ai volé… en avion

La semaine dernière, j’ai réalisé une expérience extraordinaire : j’ai réalisé mon premier stage de pilotage d’avion. Ca s’est passé à Nice et, vous l’aurez sans doute compris, j’ai vraiment adoré. Je me suis lancé un peu sur un coup de tête (j’étais là pour le travail, à la base), et la météo n’était pas vraiment idéale, mais peu importe. Ca ne suffisait pas pour me faire renoncer. Et de toute manière, le plus important n’était pas tant pour moi de profiter du paysage que des sensations de vol. Et là, en la matière, je peux dire que j’ai été amplement servi. Non seulement le vent faisait tanguer l’appareil, mais j’ai également conservé les commandes de l’appareil tout du long. J’ai donc décollé, volé, et même atterri ! Mon co-pilote pouvait tout de même intervenir grâce à un système de doubles commandes, mais il semble que je sois un bon pilote, car il n’a pas touché une seule fois ses commandes durant la demi-heure de vol. C’est tout de même étrange, le vol en avion. Le fait de piloter un appareil peut à première vue sembler assez compliqué, mais en réalité, c’est extrêmement facile. Comme me l’a appris mon co-pilote (comme il n’avait pas grand-chose à faire, il parlait beaucoup), on peut passer son brevet de pilote avant même de pouvoir passer son permis B ! En tout cas, ce que je peux vous dire,c’est que quand on se retrouve dans les cieux à bord d’un minuscule appareil, on plane complètement ! Les sensations n’ont clairement rien à voir avec celles d’un avion de ligne. Là, le moindre coup de vent fait gîter l’appareil et il faut compenser à chaque fois. C’est difficile à décrire, mais c’est en tout cas un moment extraordinaire à vivre ! Pendant le vol, je me suis laissé davantage accaparer par les commandes que par le panorama. Mais même si l’on ne prête pas attention au décor, c’est une excellente expérience. Je la conseille sans hésiter à tous ceux qui veulent contempler le monde d’un point de vue unique ! Ce stage de pilotage d’avion à Nice m’a rappelé une chose importante : on ne vit qu’une fois ! Suivez le lien pour en savoir plus sur cette expérience de pilotage avion.

Activités

Max Gallo

Né à Nice le 7 janvier 1932, ce fils d’immigrés italiens commence par obtenir un CAP de mécanicien ajusteur, puis un bac mathématique et technique. Mais c’est l’histoire qui le passionne ; il devient agrégé puis docteur en histoire, enseigne au lycée Masséna à Nice puis à Sciences Po Paris en 1968. Pour lui, se détacher de ses racines a été la chose la plus difficile, ainsi que l’humiliation, comme il le confia au Point: «Quel prix faut-il payer pour s’arracher aux déterminismes sociaux et culturels?» Lire aussi – Max Gallo, l’historien amoureux de la France Rapidement, il écrit des «romans-Histoire», qui feront son succès. Parmi eux, la Baie des Anges (1976), la Machinerie humaine (suite de 11 romans). En 1971, il collabore avec Martin Gray pour Au nom de tous les miens, histoire romanesque d’un rescapé du camp de Treblinka, très bien accueilli. Max Gallo publie également des biographies sur Robespierre, Garibaldi, Jaurès, Victor Hugo. En 1997, sa saga sur Napoléon (Robert-Laffont) rencontre un grand succès et montre à quel point l’auteur devient une référence dans le domaine historique. Il veut faire aimer la France à la jeunesse, à travers son histoire. Au seuil de sa carrière, Max Gallo s’intéresse à la politique ; fervent communiste, il s’éloigne du parti après la mort de Staline. Il qualifie ses premiers romans de «politique-fiction», édités sous le pseudonyme de Max Laughman (L’Italie de Mussolini en 1964, Gauchisme, réformisme et révolution en 1968, Le Cortège des vainqueurs en 1972). L’écrivain ne fait pas que disserter: il s’investit, et est candidat aux élections municipales de Nice dans le parti socialiste. Ayant échoué, il devient secrétaire d’État et porte-parole du gouvernement en 1983, mais finit par s’éloigner de la gauche. Dans la foulée, il s’exprime à travers une tribune, Le silence des intellectuels (Le Monde), afin de dénoncer l’inactivité des érudits. Il décide d’agir, et fonde le Mouvement des citoyens avec Jean-Pierre Chevènement. Il développe l’idée d’une crise nationale qui commence à la fin de la Première Guerre mondiale. Dans ce sens, il écrit Fier d’être français, ou L’âme de la France, histoire de la nation, des origines à nos jours, pour dénoncer la notion de repentance historique qui se développe dans les années 2000. «Je n’appartiens pas à la France de la repentance… j’appartiens à une France fière d’être elle-même.» En 2005 il rejoint le groupe d’historiens qui refuse une réécriture du passé à l’aune des lois mémorielles. Pour lui, la loi doit être séparée de l’histoire. Il conteste la position de Jacques Chirac à propos de la responsabilité de l’État français dans la Shoah, ainsi que la loi Taubira qui reconnait les traites et esclavages comme crime contre l’humanité. Basculant à droite, Max Gallo rédige plusieurs discours de Nicolas Sarkozy, comme celui à la mémoire du poilu de 1914, Lazare Ponticelli. Il entre à l’Académie française le 31 mai 2008, au fauteuil de son ami Jean François Revel. Il continue à écrire en grande quantité, mais la maladie de Parkinson le contraint à ralentir. Il publie ses mémoires dans L’oubli est la ruse du diable, où il se confie, notamment sur le décès de sa fille, qui l’a rempli de culpabilité. Celui qui se définit comme républicain et catholique aura écrit quantité d’ouvrages, sur une vieille machine à écrire, en souvenir sans doute de celle que son père lui avait offerte avec cette phrase: «Tu peux gagner de grandes batailles avec ça.» Et il en a gagné, tant son nom reste dans la mémoire française au Panthéon des auteurs les plus prolifiques. «J’écris pour qu’on ne puisse pas ensevelir les morts sous le silence et les assassiner ainsi une nouvelle fois. J’écris pour qu’ils revivent un jour» (Le Pacte des assassins).

Activités

Cuisinier en herbe

Je ne suis pas un cordon bleu, loin s’en faut. En fait, cela ne fait pas très longtemps que je me mets à la cuisine. Mais je m’y mets vraiment. La semaine dernière, j’ai même suivi un cours de cuisine à Paris. Je n’en avais encore jamais fait et je dois dire que j’ai bien apprécié la chose : l’ambiance y était très chaleureuse. Qui plus est, j’ai pu suivre sans problème (ce qui n’est pas forcément évident, quand on a autant de lacunes que moi dans le domaine !). Je craignais un peu de me retrouver entouré de ceintures noires culinaires, mais en fait, les participants étaient de tous niveaux. Certains étaient de véritables cordons bleus, c’est vrai, mais d’autres étaient plus comme moi : de simples débutants ayant tout à apprendre ! :) Ce côté hétérogène aurait pu faire que ça se passe mal, mais finalement, c’est le contraire qui s’est passé : les cordons bleus n’hésitaient pas à aider les cancres et à leur montrer comment faire tel ou tel geste technique. Je crois que la bienveillance du chef a beaucoup contribué à cette ambiance très solidaire : il félicitait tout le monde et nous incitait à travailler ensemble. Bon, parfois j’avais un peu l’impression que nous étions des gosses que l’instituteur félicitait pour nos créations en pâte à sel ; mais ça avait un côté sympa, en fait : ce n’est pas tous les jours qu’on retourne en enfance, n’est-ce pas ? Au terme de ce cours, je ne pense pas reproduire à la maison les recettes que j’ai réalisées durant ce cours : elles étaient un peu longues à réaliser, et je ne m’imagine pas cuisiner plus d’une demi-heure au quotidien. En revanche, j’y ai appris quelques techniques bien sympathiques, qui font que je suis un peu moins un désastre en cuisine. Et ça, c’est déjà pas mal ! Si, comme moi, vous êtes un Benny Hill de la cuisine et souhaitez progresser, n’hésitez pas : les cours de cuisine sont vraiment excellents pour acquérir du bagage technique. Plus d’informations par ici, pour ceux que ça intéresse ; suivez le lien pour en savoir plus sur ce cours de cuisine.

Activités

Témoignage – vol en fouga

J’ai fait pas mal d’expériences inédites, j’en ai fait un paquet ces dernières années, mais aucune d’aussi démente que celle-là. Il y a quelques jours, en effet, j’ai découvert ce qu’on éprouvait dans le cockpit d’un avion de chasse. Ca s’est passé à Aix, et a été vraiment intense ! Au début, ça a commencé très doucement. Le jour J, je suis allé à l’aéroport où j’ai fait la connaissance de Eric, mon pilote et instructeur, qui m’a fait un briefing sur le plan de vol. Je suis ensuite allé aux vestiaires passer ma combinaison de vol, prendre mon casque-micro, et gagner le tarmac où m’attendait un appareil au design bizarre, le Fouga Magister. L’avion ne ressemblait pas vraiment à un avion de chasse, mais avait bien la fougue de ce dernier, comme j’allais m’en rendre compte par la suite ! Je me suis installé sur le siège arrière, et quelques minutes plus tard, on était parés à décoller. Comment vous expliquer ce qu’on ressent quand je me suis retrouvé face à la piste, prêt à décoller. Il y a à la fois de la frousse et de l’excitation. Un peu ce qu’on peut ressentir à bord d’un wagon de montagnes russes, quand il monte tout doucement avant de se lancer. On se demande brusquement ce qu’on fait ici. Pourtant, au début, il n’y a pas de quoi en faire des histoires. J’ai été presque déçu. Le décollage n’avait rien d’un départ sur les starting blocks. Mais ce n’était que le temps de rejoindre la zone acrobatique. Quelques minutes plus tard a commencé les acrobaties aériennes, c’est devenu véritablement dément. Quand on a pris le premier break, j’ai compris que ça allait être intensif. Direct 5G dans la face. Je pesais 6 fois mon poids normal ! Et ce n’était qu’une introduction. Les figures se sont enchaînées les unes après les autres, de manière infernale. Ca n’a duré longtemps, mais lorsqu’on a pris le chemin du retour, j’étais trempé de sueur. Au final, j’ai adoré ça ! Si j’en avais l’occasion, je recommencerais sans hésiter un seul instant. En tout cas, je ne suis pas près d’oublier ce vol en Fouga Magister.