Archives de la catégorie: Activités

Activités News

Quand les séniors se mettent aux sensations fortes

Les séniors s’intéressent aux sensations fortes, comme en témoigne la récente expérience que j’ai faite pour effectuer un baptême en avion de chasse. J’ai fais un stage aviation pour en ingurgiter un peu plus sur le fonctionnement d’un avion à réaction, et notamment faire un baptême en avion à réaction. Cette formation a été fait afin de pouvoir faire un baptême sur le Lockheed Starfighter à très haute altitude. J’ai de temps en temps espéré faire un vol extraordinaire, donc dès que cette opportunité s’est offerte, j’ai logiquement accepté, en dépit du prix. A part le vol en avion qui est merveilleux, j’ai adoré également en apprendre plus sur le fonctionnement de l’avion, notamment sur les réacteurs. A partir des grandes vitesses- vers les 730 km à l’heure -, l’efficacité des turbines à pistons traditionnels décroît de manière rapide. Pour parvenir et surpasser la vélocité du son, on s’est adressé aux propulseurs à réaction, dont le fonctionnement est celui de la fusée. N’ayant plus aucun de pistons ni de bielles en balancement cadencé, de tels moteurs, de la sorte industriellement abrégés, permettent de maximiser beaucoup la pression que fabrique la violente expulsion des gaz consumés et, sortant, la vitesse; les oscillations se trouvent par ailleurs chassées. Il y en a de diverses sortes. Les turboréacteurs sont agencés d’un compacteur, d’une salle de combustion (où l’oxygène aspiré par le moteur consomme le kérosène et d’une turbine à gaz. L’hélice continue d’être usitée dans le propulseur, similaire au turboréacteur, mais dans celui-ci le propulseur entraîne, en plus du compresseur, une hélice propulsive. Alors, la réaction directe par les gaz éjectés n’apporte qu’un appoint d’énergie à la pression donnée par l’hélice. Le statoréacteur ne renferme aucun élément mobile. Le statoreacteur ne comporte en conséquence pas de compresseur. A cause de cette absence, le flow d’air devient proportionnel à la vélocité de vol et, le débit, et en conséquence la poussée, sont nuls d’où l’exigence de doter alors l’avion de chasse d’un propulseur ajouté pour le take-off et l’atterrissage, ce qui a conduit à la formule du turbostatoréacteur. Un baptême de l’air en avion est une expérience extraordinaire à dépeindre à votre famille, qui saura profiter de vos photos et vidéos prises lors de cette journée magique. Pour tous ceux que cela intéresse, allez sur vol en avion de chasse.

Activités

Baptême en avion de chasse

Le vol en avion de chasse devient accessible, y compris aux seniors. Ce n’est pas parce que la retraite est là que tout rime avec vieillesse et impotence, bien au contraire, les seniors sont dans une certaine fleur de l’âge, avec du temps et de l’argent à dépenser. Voici donc une expérience inédite qui intéressera toutes les personnes fans d’aviation, faire  un vol en avion de chasse. Si vous appréciez les impressions du vol en avion militaire, vous aimerez vous simuler dans le métier d’un pilote de chasse accomplissant une mission et un duel aérien. C’est une animation récente et également unique en Europe qui fût rêvée par d’ex de la chasse afin de partager leur passion du vol. Résultats : une expérience de pilote de l’armée qui donne des intenses sensations, le tout dans une atmosphère conviviale et bon enfant. Anticipez une bonne journée, à l’aérodrome, proche de Bordeaux. Cette expérience s’engage par un briefing, sur les avions, sur le pilotage – vu que c’est vous qui avez les commandes – et sur les moyens du combat dans le ciel, le tout avec rigueur et gaietéé. Vous exécuterez deux missions de vol dans l’après-midi, avec un débrief entre les deux. Vous simulerez agresseur et protecteur, chacun son tour. Le mieux est de se rendre à plusieurs pour cette journée, de sorte que vous et l’autre pilote puissiez vivre cette expérience. Chaque appareil est outillé de mires laser, également d’un fumigène. En vol, l’objectif demeure unique : se rapprocher de l’autre, faire mouche avec la cible laser, et si l’on fait au but, le fumigène de l’autre se met en marche, laissant fuir une énorme emprunte de fumée dans les airs. Vous êtes dirigé par d’authentiques pilotes de la chasse, un dans chaque aéronef, il vous livre tous les trucs et sécurise l’aéronef et les évolutions pour jouir de cette activité de pilote de la chasse en toute quiétude. Vous gérez l’avion, c’est ce qui fait que cette expérience est parfaitement exclusive. Le principe de visée laser qui initie un fumigène engage de positionner le combat dans son contexte et de percevoir le résultat de son objectif sur le champ. La fumée délivre un élément en plus. Plus qu’un jeu, cette expérience vous plonge dans la peau d’un pilote de la chasse. Vous retrouverez plus d’information sur le site Tematis dans la rubrique vol en avion de chasse.

Activités

Piloter un vrai avion de ligne

Il est à présent possible de se mettre aux commandes d’ un Boeing 737 en simulateur de vol pro. Cette action unique est réalisée dans une école de qualification des PNC en France. Ces pilotes partiront à postériori travailler pour les compagnies aériennes. Les simulateurs sont des bijoux de technicité, mus par des vérins électriques, qui font parfaitement les déplacements d’un jet. Cette pratique est relativement affectionnée par les enthousiastes d’aviation, mais aussi par ceux qui ambitionnent de comprendre le métier de pilote de ligne. Les intervenants sont admis par un pilote sur le centre de qualification. Une présentation de 30 minutes est fait puis commence la séance de simulateur de vol. Le particulier peut sélectionner son point de départ et son point d’arrivée. Le particulier pourra encore simuler la plupart des situations climatiques tout comme les avaries qui peuvent se passer en volant. Les fans de simulation et d’aviation aiment. Cependant pareillement les personnes qui ont peur en avion. De nombreuses personnes ont peur de prendre l’avion à cause d’une mauvaise expérience de vol. Des personnes ont éprouvé des turbulences éprouvantes, comme certaines circonstances totalement désagréables telle qu’ être atteint par un éclair en avion, ou aussi une panne moteur. Toute position en avion forte crée une crainte du prochain avion. Pour résister contre cette frayeur et cette peur de l’avion. Les simu professionnels sont employés par les médecins pour dispenser des préparations antistress pour se battre contre la crainte de l’ avion. Ces cours sont sur mesure et réalisés à l’individu pour une meilleure efficacité. Le stage de trois heures consent au particulier d’assimiler la dynamique d’un aéroplane et de se mettre en circonstance, en main aux commandes d’un jet. Assisté d’un psychologue, le candidat se bat contre ses paniques afin de mieux les appréhender et les maitriser. Les simulateur de vol conseillés sont des simu Airbus et B737. La façon de piloter l’un et le simu Boeing sont distinctes. La méthode de pilotage A320 est ajustée sur le manche – vous assignez une impulsion sur le joystick et l’aéronef va fixer la position qui vient de lui être donnée, sans continuer l’attaque sur le manche. Ceci s’avère quelque fois troublant pour un jeune pilote. A l’inverse, Boeing garde un sentiment de vol classique. Le manche à balai est régulier, et il est requis de permuter l’attaque sur le manche à balai pour garder l’angle d’attaque ou l’angle d’attaque de l’appareil. Pour prendre de la hauteur, vous tirez sur le joystick, et vous devez retenir cette angle d’attaque pour continuer à s’élever. Au contraire sur le simu Airbus, vous impulsez un angle d’attaque d’altitude, et vous pouvez relâcher le manche. L’aéronef maintient sa grimpée. Afin de remettre l’attaque, vous devrez donc pousser sur le manche pour rétablir l’aplomb originaire. Il n’existe pas de choix idéal pour votre simulateur de vol, tout dépend des expériences des candidats. Mais certainement, la séance en simulateur est incroyable.