Comment l’hexagone s’est transformé en meneur dans l’émulation contre la perte alimentaire

La France est vraiment un innovateur en matière de cuisine – chacun à la table et, plus récemment, à la poubelle. En février En 2016, la France est devenue le 1er État au monde à interdire aux marchés de rassembler des produits alimentaires peu utilisés par le biais d’une réglementation approuvée à l’unanimité. Maintenant, les marchés de dimensions spécifiques doivent donner de la nourriture peu utilisée ou se confronter à une grande. D’autres directives imposent aux établissements d’enseignement d’informer les individus sur la durabilité des aliments, aux sociétés de rapporter des statistiques sur les dépenses consacrées aux aliments dans les études environnementales et aux restaurants de produire des sacs à main à la portée de la main. Marie Mourad, étudiante au doctorat en sociologie à Sciences Po à Paris, a rédigé de nombreux articles sur le gaspillage de plats français. « La France n’est pas vraiment la terre qui gaspille le moins de denrées alimentaires, mais elle est aussi devenue l’un des plus actifs, car elle doit devenir l’excellent État de l’Union européenne. » Les efforts de la France ne sont pas passés inaperçus. Le continent a gagné le premier rang lors de la Food Sustainability Crawl 2017, une étude de marché menée sur 25 sites dans les pays européens, les pays du centre-est, les pays asiatiques et les Amériques, exécutée par le biais de l’Economist et du Centre Barilla pour les aliments et les vitamines et minéraux (BCFN). Selon la revue BCFN, les Français ont perdu 234 kg de produits alimentaires par homme et par femme, ce qui est bien meilleur que leurs homologues français, contre environ 430 kilos par habitant aux États-Unis. Les petits restes font forte impression Le gaspillage d’aliments, ou de délicieux aliments intacts, est vraiment une affaire mondiale. Chaque année, environ 1,3 milliard de dollars de charges métriques, un tapis roulant situé à côté de tous les produits alimentaires produits, sont éliminés, sur la base de la société de la restauration et de l’agriculture des Nations Unies. Récupérer seulement 25% des repas mal consommés pourrait fournir 870 zillions de personnes affamées aujourd’hui – ce qui arrêterait efficacement les fringales de la planète. Les repas gaspillent non seulement des actifs utiles comme l’eau potable, les superficies cultivables et l’argent liquide, mais remplissent également des décharges de déchets, qui dégagent du méthane. Si les dépenses en produits alimentaires ont été un état, il est peut-être votre troisième plus grand émetteur d’essence à effet de serre de jardin juste derrière les fournisseurs américains et chinois. «Le gaspillage alimentaire est extrêmement immédiat car, quelle que soit l’action individuelle exercée sur le monde, la manière dont nous générons les aliments a l’effet le plus important sur le monde», affirme Jason Clay, senior v. p. des aliments et des marchés dans le fonds Planet Wild Animals Fund. «Aux États-Unis, nous n’avons pas de champions de l’administration qui pensent vraiment beaucoup aux repas, quelle que soit leur consommation», suggère M. Clay. « Cela nous a séparés de la France: ils ont des gens qui avaient besoin de cette préoccupation politiquement. »

Les commentaires sont fermés.