L’étiquetage carbone peut-il être favorable au développement?

La compensation de votre empreinte carbone est-elle toujours une bonne chose? Cette colonne remet en question les critères utilisés pour étiqueter les empreintes carbone, arguant qu’ils peuvent désavantager les pays en développement. Il suggère diverses manières de surmonter ce problème. Il existe un risque que les instruments de comptabilisation et d’étiquetage du carbone ne représentent pas correctement la complexité des systèmes de production dans les pays en développement et affectent ainsi négativement leurs opportunités d’exportation sans justification environnementale de bonne foi. Étiquetage carbone La comptabilité et l’étiquetage du carbone des produits sont de nouveaux instruments qui présentent des informations sur les émissions de carbone dans le but d’identifier les principales sources d’émissions dans les chaînes d’approvisionnement. Les informations sur les émissions peuvent permettre aux producteurs, au gouvernement, aux détaillants et aux consommateurs de prendre des mesures pour réduire les émissions. Alors que les concepteurs de ces programmes répondent aux politiques publiques et aux programmes des entreprises pour créer de nouvelles façons de relever le défi du changement climatique, ils doivent s’appuyer sur des connaissances très rudimentaires sur les modèles d’émissions réels des divers systèmes de production qui se produisent dans le monde. En effet, la compréhension scientifique sous-jacente des émissions de gaz à effet de serre n’est que partiellement développée. La connaissance des émissions de gaz à effet de serre pour les activités de production et de transformation est particulièrement faible dans les pays en développement et particulièrement aiguë pour les produits agricoles – souvent la principale exportation de ces pays. Comment rendre l’étiquetage plus juste et plus efficace Les questions clés qui doivent être traitées si la comptabilité et l’étiquetage du carbone doivent être un mécanisme efficace et équitable pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sont: Changement d’affectation des terres. Pour augmenter la production agricole, les pays en développement défrichent les terres naturelles pour les convertir en terres cultivées et en pâturages. La conversion des forêts en prairies et en terres cultivées entraîne la perte de carbone des arbres forestiers et également du sol. De même, la conversion des prairies en terres cultivées entraîne une perte de carbone du sol. La quantité de carbone perdue lors de tout changement d’utilisation des terres dépend de la nature exacte de la forêt ou de la prairie en cours de conversion. En règle générale, les émissions provenant du changement d’affectation des terres sont parmi les plus grandes sources d’émissions dans l’empreinte carbone des cultures produites dans les pays en développement et il est donc important que ces émissions soient calculées correctement. Les changements d’utilisation des terres peuvent être difficiles dans les pays en développement où les données pertinentes sur les utilisations actuelles et historiques des terres sont rares ou absentes. Non seulement il y a des problèmes techniques entourant le calcul des émissions provenant du changement d’affectation des terres, mais il y a aussi un problème d’équité. Les pays développés n’ont généralement pas besoin d’inclure cette source d’émissions car ils ont défriché leurs forêts pour créer des terres agricoles il y a des décennies ou des siècles. Par exemple, la méthodologie de comptabilisation du carbone développée par British Standards, PAS 2050, la méthodologie la plus complète disponible à ce jour, exige que seules les émissions résultant d’un changement d’affectation des terres survenu après 1990 soient incluses dans l’empreinte carbone d’un produit. Séquestration du carbone par les cultures arboricoles. De nombreux pays en développement tropicaux exportent des produits dérivés des cultures arboricoles, tels que le café, le cacao, le thé, les fruits et les noix. Alors que les arbres eux-mêmes séquestrent le carbone, les sols forestiers ont tendance à séquestrer beaucoup plus de carbone que la biomasse aérienne. Actuellement, peu de méthodologies d’empreinte carbone reconnaissent la contribution positive apportée par le carbone stocké dans les arbres utilisés pour produire de la nourriture ou séquestré dans le sol. Ainsi, de nombreux pays en développement doivent déclarer les émissions résultant du changement d’affectation des terres, mais ne peuvent pas prétendre bénéficier de la gestion des cultures arboricoles. Il y a un manque de données et d’informations nécessaires pour les pays en développement par rapport aux économies développées. Par conséquent, les analystes de la comptabilité et de l’empreinte carbone doivent utiliser des ensembles de données très imprécis et incertains qui se rapportent à de très grandes échelles géographiques. Les facteurs d’émission sont particulièrement importants pour calculer la quantité de carbone émise au cours de certaines parties des processus de production et de consommation. L’utilisation de données agrégées peut masquer des différences importantes entre les différents pays ou régions d’un pays. Par exemple, un pays produisant une grande partie de son électricité à partir de sources renouvelables, telles que l’hydroélectricité, devrait avoir un facteur d’émission d’électricité beaucoup plus faible qu’un pays dépendant de la production d’électricité au charbon. Relativement peu d’exploitations et d’usines de transformation situées dans les pays en développement seront visitées par les analystes qui calculent l’empreinte carbone des denrées alimentaires qu’ils produisent. Les agriculteurs devront plutôt remplir un questionnaire sur leurs pratiques agricoles et les consultants les utiliseront aux côtés de bases de données standard des facteurs d’émission pour calculer l’empreinte carbone. Cela pose deux problèmes: premièrement, l’analyste peut avoir une compréhension incomplète du système d’analyse; et deuxièmement, les bases de données peuvent contenir des données médiocres sur de nombreux pays en développement. Certains des produits de base produits par les pays en développement, tels que le sucre, le thé et les noix, sont vendus aux consommateurs sous forme de mélange de produits provenant de plusieurs pays. En l’absence d’un pays d’origine clair, les méthodologies de comptabilisation du carbone nécessitent l’utilisation de données relatives au pire des scénarios. Celles-ci peuvent être très différentes des données réelles pour les différents pays d’origine. Pour certaines variables, telles que le changement d’affectation des terres, le pire des scénarios concerne la conversion de la forêt tropicale en Malaisie, qui est peu susceptible d’être pertinente pour les cultures produites en Afrique, en Amérique du Sud ou en Asie centrale. Recommandations pour une empreinte carbone favorable au développement Compte tenu de cette situation, les mesures suivantes amélioreraient l’efficacité de l’empreinte carbone des produits alimentaires et garantiraient que les produits des pays en développement ne sont pas désavantagés par les faiblesses du système:
1.Exiger que toutes les empreintes de pas déclarent quelles auraient été les émissions résultant du changement d’affectation des terres si la conversion avait eu lieu aujourd’hui. Ainsi, les produits d’Europe et d’Amérique du Nord devraient déclarer les émissions de gaz à effet de serre qu’émettrait la conversion des forêts indigènes à l’agriculture si cela se produisait aujourd’hui. Cela permettrait une solution équitable à la question de l’inclusion des émissions provenant du changement d’affectation des terres dans les empreintes carbone.
2.Inclure les avantages dérivés des cultures d’arbres et d’arbustes dans les empreintes. Les cultures arboricoles peuvent séquestrer le carbone, et le sol sous les cultures arboricoles et les systèmes agroforestiers contient généralement plus de carbone que les autres formes de terres cultivées. Il est important de créditer le carbone séquestré par ces systèmes agroforestiers
3.Développer de meilleures bases de données sur le changement d’affectation des terres et les facteurs d’émission pour les zones tropicales et subtropicales. Si l’empreinte carbone doit refléter avec précision les émissions des activités de production dans les pays en développement, le niveau de précision dans les bases de données qui fournissent des données sur les émissions et la répartition historique et actuelle de la couverture terrestre et de l’utilisation des terres doivent être augmentés. Pour empêcher l’utilisation du pire scénario mondial, qui peut ne pas être pertinent, il est important que les situations régionales les plus défavorables soient identifiées et rendues publiques.
4.Toutes les données et tous les calculs des empreintes carbone devraient être publiés dans une base de données publique. Il ne devrait pas être permis aux détaillants ou autres de déclarer des empreintes carbone sur les étiquettes ou les sites Web destinés aux consommateurs, à moins que les détails du calcul et les données utilisées ne soient rendus publics. Ces sites devraient également indiquer clairement (i) toutes les hypothèses formulées lors du calcul de l’empreinte carbone, (ii) si des consultants ont effectivement visité les pays concernés ou si des données secondaires moins précises ont été utilisées (iii) présenter des informations sur l’incertitude qui entoure leurs calculs. permettrait aux gouvernements, aux ONG, aux journalistes, aux producteurs et au public d’examiner les données et la méthodologie pour juger de l’exactitude des résultats.
5.Fournir des informations plus détaillées aux consommateurs. Certaines empreintes carbone nécessitent que les émissions de la phase d’utilisation du produit soient incluses dans le calcul global. Pour les produits alimentaires, les principales émissions liées à leur utilisation proviennent souvent de la cuisson et de la réfrigération. Pour des produits comme le café, la phase d’utilisation est si importante qu’elle peut masquer les rendements en carbone de la production. Dans ce cas, l’empreinte doit être décomposée pour démontrer la proportion des émissions globales dérivées des différentes phases du cycle de vie (par exemple, à la ferme, changement d’affectation des terres, transformation, transport et utilisation). Cela peut permettre aux consommateurs de réaliser que même si l’empreinte d’un produit particulier est relativement élevée, ce ne sont pas les agriculteurs des pays en développement qui sont responsables de la majorité des émissions.
6.Encourager l’innovation dans la chaîne alimentaire. Les empreintes carbone sont souvent présentées à un niveau agrégé, comme lorsque des sociétés multinationales déclarent les empreintes de leurs produits finaux d’une région comme s’il s’agissait d’un produit uniforme (par exemple, haricots du Kenya, raisins du Chili). Il y a alors peu d’incitation pour les entreprises individuelles qui contribuent à la production de ces produits à réduire leurs propres émissions. Si les entreprises individuelles pouvaient bénéficier d’incitations directes pour réduire leurs émissions, alors l’innovation dans la chaîne alimentaire serait encouragée.

Les commentaires sont fermés.