Management et collaborativité

Lorsqu’il est question d’innovation, on pense en priorité au domaine technologique. D’ailleurs, le classements des entreprises innovantes sont fixés d’après le nombre de brevets déposés. Et en cela, la France est l’un pays des plus innovants du monde. Mais très rares sont les dirigeants dont on entend parler d’innovation managériale. Voilà pourquoi j’ai bien apprécié le congrès à Lille auquel j’ai participé hier, et où il a été largement question de ce sujet fascinant. Un intervenant nous a montré trois cas de management inédit très intéressants,. Si vous vous intéressez vous aussi au management, je suis convaincu que ces cas vous fascineront. Les salariés de Fiat, au Brésil, exposent chaque jour leur humeur, au moment de leur prise de poste. Les employés qui annoncent en rouge sont aussitôt reçus par un manager et un spécialiste e la fonction R.H. Cette pratique est particulièrement maligne dans la mesure où l’entreprise autorise et même cède la reconnaissance d’un mal-être à l’ouvrier lui-même (et non au management). Au Brésil, Les collaborateurs de Semco qui le désirent (et qui représentent environ 75 %) sont libres de choisir leurs salaires eux-mêmes, venir travailler comme ils l’entendent, de s’organiser à leur convenance, tant qu’ils s’engagent à tenir leurs objectifs. En contrepartie, ils doivent respecter leurs promesses. Et pour ceux qui s’amuseraient à ne pas le faire, ils devront rendre des comptes, non pas à leur hiérarchie mais à l’entreprise toute entière. En France, chez Orange (seul opérateur qui n’a pas été frappé par le débarquement de Free), les employés peuvent formuler en toute liberté leurs idées via un système d’innovation sociale nommé IdClic. L’outil permet à n’importe quel employé, quel que soit son statut, son ancienneté ou son métier, de déposer une idée sur une plateforme d’engagement. L’idée est ensuite étudiée par des experts volontaires (environ 5000). Si elle n’est pas archivée, une étude de faisabilité est réalisée pour obtenir une estimation des gains nets. Une fois qu’elle est mise en oeuvre, elle peut être, selon les bénéfices, généralisée dans tout le pays. Le collaborateur se voit allouer des points virtuels qu’il peut dépenser dans un magasin en ligne. Depuis 2007, 1/3 des collaborateurs ont déposé environ 122000 idées. 10 % d’entre elles ont pu être mises en oeuvre, ce qui a permis de faire de substantielles économies. Ce symposium montrait qu’il reste encore beaucoup à faire dans le domaine du management, mais que certains s’étaient déjà engagés sur la bonne voie.

Les commentaires sont fermés.